Hilbert Investment Solutions

La valorisation des cryptomonnaies grimpe toujours

Le graphique de la semaine

La valorisation des cryptomonnaies grimpe toujours

Selon le site Coinmarket.com, la capitalisation boursière des cryptomonnaies a dépassé les 2 000 milliards de dollars à la date du 15 avril. Le Bitcoin, de loin la plus grande cryptomonnaie, représente environ la moitié de ce montant. La deuxième plus grande, l’Ethereum, compte pour environ 13%. Toutes ces cryptomonnaies ont connu une augmentation significative de leur valeur au cours des six derniers mois. Ils valent désormais 6 à 7 fois leur prix d’octobre.

L’idée produit structuré d’Hilbert Investment Solutions


Le Bitcoin a chuté cette dernière semaine pour revenir à son niveau de février 2021. Aujourd’hui, le prix du Bitcoin est autour de 30k€. Cette chute fait suite à la décision du gouvernement chinois d’interdire aux institutions financières de proposer des services liés aux cryptomonnaies. Pourtant, pour certains analystes, cette chute considérable serait seulement une phase de capitulation, qui constituerait une opportunité d’achat. Le Bitcoin devrait atteindre 100k€ d’ici la fin de l’année et 250k€ d’ici 5 ans.


La phrase de la semaine

“Elon Musk joue avec le portefeuille des gens comme avec des bonbons”.

Une partie de la communauté des cryptomonnaies a déclaré la guerre à Elon Musk. Critiqué pour son influence sur les cours des cryptomonnaies, et a lancé une monnaie ayant pour objectif de menacer personnellement le milliardaire.

Baptisée StopElon, elle a été inaugurée le 15 mai dernier et vaut aujourd’hui 60 millions de dollars. Ses fondateurs ont prévu un plan en quatre étapes. La dernière vise à utiliser les fonds récoltés pour devenir majoritaire au capital de Tesla et en prendre le contrôle.


Le fait de la semaine

L’impact environnemental des cryptomonnaies a été remis sur le devant de l’actualité par Elon Musk, qui a revu sa position sur le Bitcoin, jugeant ce dernier trop polluant. Le message a visiblement fait son chemin. Ethereum a annoncé avoir revu son procédé de validation, et qu’il serait 99,5% moins énergivore que celui actuellement utilisé.

Toutefois, cette évolution technologique ne prend pas en compte les besoins en énergie du matériel informatique, qui représente une partie importante de l’impact environnemental des cryptomonnaies.